« On est tous cas contact de quelqu’un » : un infectiologue repense l’isolement

·2 min de lecture

Depuis lundi, les règles d'isolement des personnes testées positives au Covid-19 et des cas contacts s'allègent. Certains veulent même aller plus loin, comme Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital de Garches (Hauts-de Seine).  

ELLE. Pourquoi mettre fin à l’isolement des cas contacts (qui ont un schéma vaccinal complet) alors que la pandémie explose ? N’est-ce pas contre-intuitif ?  

Benjamin Davido. La réalité, c’est qu’avec 250 000 cas testés positifs par jour en France, on est tous cas contact de quelqu’un sans le savoir. Cette notion de « cas contacts » a été introduite tardivement dans la première vague, dans le but de casser les chaînes de transmission. Mais quand vous avez perdu la trace du virus, la stratégie « tester, tracer, isoler » du gouvernement est caduque. À partir de ce moment, on n'a plus de raison de les compter. Le problème, dans cette cinquième vague, ce n’est même pas les cas contacts, c’est d’isoler la partie visible de l’iceberg, à savoir les malades. Et donc isoler des gens, dont un certain nombre pour rien, est un excès. 

Lire aussi >> Covid long : enquête sur les femmes en mal de diagnostic

ELLE. La période d’isolement pour les personnes positives (avec schéma vaccinal complet) a également été réduite à sept jours, voire cinq si elles présentent un test négatif. C’est une mesure qui va dans le bon sens ?  

B. D. Je suis content qu'on soit désormais à sept jours. Plus d’isolement aurait été compliqué, vu la vitesse de propagation de ce virus. Le temps d'incubation d’Omicron, semble, selon les premières données, plus court. Il est de l'ordre de trois jours, contre 4 à 5 jours pour les autres variants. Ça nous...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles