Catherine Ceylac raconte son rendez-vous galant raté avec un célèbre acteur

C’est le genre de rencontre qui marque à vie. Dans L’interview sans filtre de Télé Loisirs - diffusée lundi 3 février 2020 avec Laurent Argelier -, l’ancienne animatrice de Thé ou café, Catherine Ceylac, a accepté de se confier sur sa rencontre inoubliable avec l’acteur britannique Jeremy Irons, en 2002. Une entrevue qui l’a visiblement laissée toute penaude, comme elle le raconte à Laurent Argelier. “Il était beaucoup plus beau !”, plaisante-t-elle en regardant une photo récente du comédien oscarisé, âgé de 71 ans. “Tu remarqueras que même les hommes vieillissent”, ajoute-t-elle avec malice.

Catherine Ceylac commence alors à raconter sa rencontre avec Jeremy Irons. “Ça se passe dans un hôtel parisien, un très bel hôtel, dans une suite”, explique l’animatrice. “On est là, tous les deux, on se cherche un petit peu. C’était très plaisant, moi j’étais assez sous le charme, même complètement sous le charme et puis se termine l’émission et il s’approche de moi très gentiment, il fume son petit cigarillo, il avait des santiags, des pompes magnifiques, très, très belles, je me souviens vraiment bien de ses chaussures, elles étaient marron [...] avec un petit jean, un petit pull un peu près du corps... Pas mal.”

"J'ai raté l'occasion"

Jusqu’ici, tout va bien. Mais Catherine Ceylac, visiblement perturbée par la personnalité qui se trouve face à elle, perd ensuite ses moyens. “Là, il me dit ‘Vous déjeunez où ?’ Et moi, comme une gourde, je lui réponds ‘À la cantine de France Télévisions.’ Et, en le disant, parce que j’avais du boulot après, je me dis ‘Mais, peut-être que c’était une invitation !’”, se désole-t-elle. Laurent Argelier s’exclame : “C’était même certainement une invitation !” Et Catherine Ceylac de conclure, toujours déçue : “Je ne l’ai pas compris comme ça. Et donc je n’ai jamais déjeuné avec Jeremy Irons. J’aurais bien aimé, quand même, poursuivre un petit peu notre conversation, et d’une manière un peu plus personnelle. Et voilà, j’ai raté l’occasion.”

À lire aussi

(...) Cliquez ici pour voir la suite