Catherine Ringer dévoile les secrets de fabrication des chansons des Rita Mitsouko

·1 min de lecture

"Dans les chansons des Rita Mitsouko, il y a les chansons de jour et les chansons de nuit". Depuis la scène des Vieilles Charrues, et devant un public frénétique, Catherine Ringer entame une explication de la musique qu'elle a créée pendant plusieurs décennies avec Fred Chicin. Quelques minutes après la fin du concert, elle retrouve en loge Emilie Mazoyer à qui elle précise comment sont nés les tubes des Rita Mitsoukou.

>> Vivez les Vieilles Charrues avec Émilie Mazoyer sur Europe 1 du 8 au 18 juillet

"Ding dang dong est une chanson de petits matins"

"La différence entre chanson du jour et la chanson de nuit, elle se fait déjà au niveau de la compo", assure-t-elle. "Quand on trouve des chansons la nuit, c'est que l'on est parti dans des univers loin. Tout le monde dort, et vous, vous êtes éveillés et comme dans une bulle. Mais c'est aussi les paroles qui font que cela devient une chanson de jour ou une chanson de nuit."

L'un des titres les plus connus du duo échappe d'ailleurs à sa dichotomie jour/nuit. "Ding dang dong est une chanson de petits matins", explique Catherine Ringer. "J'aime bien aussi les aubes, quand juste le jour commence, que tout est contraste et tout se mélange."

"Il y a eu des moments euphoriques et des moments très durs"

Chanson d'aube, de plein jour ou de nuit, la musique de Rita Mitsouko est toujours née de la symbiose entre Catherine Ringer et Fred Chichin. "Un des deux amenait ce qu'on appelle un 'low riff' de base, ou une suite d'accords qui tue,...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles