Cauet dévoile une photo de lui enfant, ses fans le taquinent sur un détail hilarant

·2 min de lecture

Depuis ses débuts à la radio en 1993, Sébastien Cauet est devenu une véritable star. Aujourd’hui, celui que l’on appelle généralement par son nom de famille fait partie des grandes figures de la télévision française. Son émission La méthode Cauet, qu’il animait au côté de Cécile de Ménibus, a rencontré un incroyable succès pendant près de cinq ans. Et voilà maintenant plus d’une décennie qu’il officie derrière le micro de NRJ dans son programme C’Cauet. Apprécié pour son humour, sa spontanéité et ses coups de gueule, le Picard de 48 ans est aussi régulièrement moqué… à propos de sa calvitie. Qu’il s’agisse de ses fans sur les réseaux sociaux ou de ses invités en studio, Sébastien Cauet a souvent droit à des vannes sur son crâne dépourvu de cheveux. Un running gag qui ne cesse de se rappeler à lui depuis des années, et qu’il prend souvent avec une grande autodérision !

Et mardi 16 février 2021, ça n’a (une fois de plus) pas loupé. Visiblement d’humeur nostalgique, Sébastien Cauet a décidé de partager une photo souvenir avec ses 963.000 abonnés sur Instagram. L’animateur a ainsi dévoilé un cliché de lui enfant, âgé de huit ans seulement, pris le jour de mardi gras en 1980. “Le combo chaise + papier”, s’est-il amusé en légende de la publication, en référence à la décoration particulièrement datée que l’on aperçoit en arrière-plan. Si le visage du petit garçon est tout à fait reconnaissable, un détail a toutefois surpris (mais surtout amusé) les internautes. Eh oui, à l’époque, Cauet était encore chevelu ! Alors forcément, ses fidèles abonnés n’ont pas manqué l’occasion de pointer du doigt ce changement capillaire : “Oh des cheveux !”, “Un petit blond !”, “Quand tu avais des cheveux”, “Les cheveux c’est beau”, “Ah tu vois qu’un jour tu as eu des cheveux !”, “Mais tu avais des cheveux, incroyable”, “Donc Cauet avait des cheveux”, “Juste avant la calvitie, à 9 ans et demi si mes souvenirs sont bons”, peut-on lire dans les commentaires.

>>> Cliquez ici pour découvrir Sébastien (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite