Caution solidaire : définition, avantages, inconvénients et qui peut se porter garant ?

iStockphoto

Avant d'accorder un prêt immobilier ou contrat de bail locatif, les banques et les propriétaires , en plus d’une assurance de prêt ou d’une assurance loyer impayé, peuvent exiger une garantie telle qu’un acte de caution solidaire. Par cet acte, la personne qui se porte caution s’engage à rembourser les échéances du crédit immobilier à la place de l’emprunteur défaillant ou à payer les loyers du locataire si ce dernier est en incapacité de le faire. L'acte de caution solidaire peut également être utilisé entre professionnels pour plusieurs raisons (défaut de paiement, bonne exécution des travaux... etc). Il est établi en faveur d'un des contracteurs, le vendeur, lorsqu'il s'agit de couvrir le risque d'impayés.

L’acte de cautionnement doit obligatoirement prendre la forme d’un écrit, réalisé sous seing privé ou devant un officier d’état civil (généralement un notaire).

En signant un acte de caution solidaire, un particulier accepte de se porter garant du remboursement du prêt ou des loyers si l’emprunteur ou le locataire ne parvient plus à assumer ses échéances. Contrairement à la caution simple, qui ne permet de recourir au garant que si l’emprunteur ou le locataire ne peut pas payer ses dettes, l’acte de caution solidaire permet d’actionner directement la caution dès la première défaillance, sans faire appel au titulaire du contrat au préalable. L'acte de caution solidaire permet de consolider le dossier d'un locataire ou d'un emprunteur dont les revenus sont jugés insuffisants (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite