CBD : Nathalie Pagé, une agricultrice avant-gardiste et rebelle

ELLE avec AFP
·1 min de lecture

Cette ancienne éleveuse de chèvres s’est convertie à la production de cannabis non psychotrope, et devient ainsi une pionnière en France.  

« Les chèvres, c'est 7 jours sur 7 ; il ne faut pas être malade ni dormir le dimanche matin. Le chanvre, lui, ne crie pas »C’est l’une des rares agricultrices de CBD (cannabidiol, molécule non psychotrope du cannabis) en France. Du fromage au cannabis « bien-être » : la transition était risquée, mais l'agricultrice « rebelle » Nathalie Pagé a bravé le flou juridique pour devenir en France l'une des rares productrices de CBD, quitte à enfreindre la loi en pariant qu'elle finira par tourner en sa faveur. 

Lire aussi >> Que penser du chanvre dans les cosmétiques ?

Son chanvre (« cannabis » en latin) quasiment dépourvu de THC, la molécule psychotrope, la « militante » le fait pousser dans le Sud-Est en Drôme provençale, à la Ferme du Faucon à Bouvières sur des terres où broutaient encore des chèvres il y a cinq ans. Le décès de son compagnon a conduit en 2016 cette « fille de la plaine » originaire du centre de la France, installée dans la « montagne » drômoise il y a 25 ans, à tourner le dos à ses bêtes et au Picodon, le fromage de chèvre du coin. Trop difficile à gérer, seule avec ses deux enfants Marius (21 ans aujourd'hui) et Félix (18 ans). « Les chèvres, c'est 7 jours sur 7 ; il ne faut pas être malade ni dormir le dimanche matin. Le chanvre, lui, ne crie pas », expose-t-elle à l'AFP. 

Une impasse réglementaire 

Mais il peut attirer des ennuis. Si la quinquagénaire a le droit de cultiver son cannabis CBD, la molécule...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi