Cédric Jubillar : ces détails déroutants de son quotidien passés inaperçus

·2 min de lecture

Delphine Jubillar réapparaitra-t-elle un jour ? Disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2021, cette mère de famille albigeoise de 33 ans n'a plus donné signe de vie depuis qu'elle a quitté sa maison de Cagnac-Les-Mines, dans le Tarn. Et les différentes pistes envisagées n'ont encore rien donné. À ce stade, il est impossible de savoir si Delphine est encore en vie, séquestrée ou même en fuite. Son mari Cédric, lui, croit encore à son retour, comme le dévoile Le Parisien dans son édition du mercredi 3 mars 2021. Le jeune homme qui est aujourd'hui pointé du doigt dans cette affaire par un membre de sa propre famille, se doit d'aller de l'avant pour leurs enfants prénommés Louis (6 ans) et Elyah (20 mois). Après la disparition de son épouse, la maison a été mise sous scellé : le jeune papa a donc passé un temps, "jusqu'à fin janvier", chez sa mère Nadine, son beau-père qu'il surnomme "papa" et sa petite sœur. Un endroit parfait pour s'éloigner des mauvaises ondes et pour reprendre des forces après ce coup dur.

Car sa mère croit dur comme fer à son innocence. Lasse de lire des commentaires à charge sur les groupes Facebook dédiés à cette affaire très commentée sur les réseaux sociaux, elle avait d'ailleurs poussé un coup de gueule mercredi 17 février, sur Facebook : "Je ne publie pas souvent, mais là j'en ai trop sur le cœur ! Je suis triste de voir à quel point les gens peuvent parler sans savoir réellement les choses", avait-elle écrit. Le quotidien de Cédric Jubillar a beaucoup changé depuis que son épouse s'est volatilisée un soir d'automne 2020. Sur les réseaux, de nombreuses femmes tenteraient aujourd'hui d'entrer en contact avec lui, "lui proposent une aide matérielle et s'aventurent même sur le terrain de la séduction", expliquent nos confrères.

Lui qui était auparavant en période d'essai dans une entreprise de peinture après avoir travaillé, durant l'automne, dans une entreprise de forage, s'est de nouveau retrouvé au chômage à la suite des récents événements. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite