Cellulite, rétention d’eau : les bienfaits de la pressothérapie pour maigrir

Qu'est-ce que la pressothérapie ?

La pressothérapie est une méthode de drainage qui repose sur un principe mécanique. Avec l’appareil utilisé lors d’une séance de pressothérapie, on va travailler sur la circulation sanguine et la circulation lymphatique, pour éliminer les toxines, les déchets présents dans l'organisme.

Ce système mécanique va reproduire le drainage lymphatique manuel (le palper-rouler), à la différence que l’on aura une pression constante, plus appuyée et dont l’intensité peur augmenter au fil du traitement, pour un résultat optimal.

Cette méthode est proposée en thalassothérapie, dans les centres d'esthétique et chez les kinésithérapeutes.

Une séance de pressothérapie, comment ça se passe ?

Durant une séance de pressothérapie, qui dure généralement 30 minutes, il n’y rien de particulier à faire, si ce n'est se détendre. Si on choisit de traiter le bas du corps, on enfile des bottes, équipées de chambres d’air, qui vont gonfler et dégonfler, pour faire remonter la pression exercée avec l’intensité choisie. Cette pression qui commence au niveau des pieds, remonte tout au long de la jambe, et de la cuisse. Cette même pression va faire remonter les flux du bas du corps vers le buste, qui vont ensuite être évacués via la circulation du sang.

Il existe aussi le même système pour la ceinture abdominale ou les bras avec des manchons à enfiler et à garder le temps indiqué.

Cette méthode est totalement indolore, on ressent uniquement la sensation des pressions, mais l’appareil s’adapte à la morphologie de la personne.

Si une sensation de légèreté est ressentie dès la première séance, il faut compter en général 5 séances pour avoir un résultat visible sur la silhouette. Puis, en entretien une fois toutes les deux semaines ou trois semaines si besoin. Le nombre de séances dépendra de nombreux facteurs, et de l’objectif fixé.

Mais il s’agit d’une thérapie, le corps ne doit donc pas devenir dépendant des bienfaits de la pressothérapie, mais s’en servir comme un coup de

(...) Cliquez ici pour voir la suite