Cervicalgie : chronique, aiguë, définition, causes, symptômes, durée, traitements

D’après un document consacré aux cervicalgies publié par la Haute Autorité de santé (HAS), « environ deux tiers de la population sont concernés dans leur vie par un épisode douloureux. » La cervicalgie est d’autant plus répandue qu’elle regroupe des affections de nature différente. Dans tous les cas, plusieurs traitements sont possibles, et sont préconisés selon le type de cervicalgie et sa gravité.

La cervicalgie se définit par une douleur vive qui est ressentie à l’arrière du cou. Cette partie du corps, que l’on nomme rachis cervical, est la section de la colonne vertébrale qui relie le thorax à la tête. Le rachis cervical est constitué de sept vertèbres cervicales, qui sont reliées entre elles par des disques cartilagineux, des ligaments et des tendons. Ces différents éléments entourent le canal rachidien, qui contient la moelle épinière. La douleur causée par la cervicalgie peut prendre naissance au niveau des muscles de la nuque, des nerfs ou encore des ligaments du rachis cervical. Il existe trois grands types de cervicalgies :

Les symptômes varient selon le type de cervicalgie, mais aussi d’une personne à une autre. Le principal symptôme de la cervicalgie est une douleur vive, qui prend sa source en bas du cou, et qui irradie vers le haut de la nuque et les épaules. On note aussi généralement la présence d’autres symptômes qui accompagnent cette douleur localisée, tels que :

Lorsque la personne souffre d’une cervicalgie traumatique, suite à une chute ou à un coup du lapin, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles