C'est mon histoire : « Il a fallu trente ans pour que j'ose lui parler »

Sarah Bouleaux

Pierre, la cinquantaine et deux fois divorcé, croyait en avoir fini avec l'amour. Poussé par son neveu, il retrouve sur les réseaux sociaux celle qu'il aimait en secret au collège...

Le casque vissé sur les oreilles, les mains sur la console, j'aurais pu passer le reste de ma vie dans cette bulle où je me sentais si bien : mon studio. Je suis ingénieur du son et, après deux divorces douloureux, je m'étais juré, à 50 ans, qu'on ne m'y reprendrait plus. Je suis un fou de musique et, dès son plus jeune âge, j'avais transmis ma passion à Jérôme, mon neveu. Nous passions de longues heures tous les deux, sur des maquettes. Lui tentait parfois de m'en extirper, m'emmenait dans des bars, des soirées, des concerts… Mais rien à faire : je n'éprouvais ni l'envie ni le besoin d'aborder une femme, même la plus jolie, même la plus avenante. « T'es un peu curé, toi, maintenant, plaisantait Jérôme. Chasteté, pureté, dévotion à la déesse Musique… Tu sais quoi ? T'es beau mais t'es con. Et tu vas finir ta vie tout seul. » La perspective ne m'effrayait pas. Bien au contraire : tout, plutôt que revivre les cris, les douleurs, les déchirements… Sauf que j'aime mon neveu. Et qu'il s'inquiétait pour moi. J'avais envie de lui faire plaisir.                

Et là, un pseudo Mike Brant

Je crois que c'était en plein milieu de la nuit… un mois de janvier. Nous étions un peu euphoriques : la maquette sur laquelle nous bossions comme des dingues depuis des mois était enfin terminée. « Ça se fête, s'exclama Jérôme ! Allez viens, mon vieux tonton, je t'inscris sur le site Copains d'avant. » Sans avoir la moindre idée de ce que...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi