C'est mon histoire : « Comment je me suis libérée d'une amitié toxique »

Sarah Bouleaux

Depuis le collège, Marion a toujours donné sans compter à Fanny : son temps, son énergie, son écoute... Il lui aura fallu trente ans pour mettre des mots sur ce qu'elles vivaient.

J'ai 10 ans. Je rentre de l'école, à pied, sous la pluie, un moineau tombé du nid dans les bras. Il est sale, mais je m'en moque : je suis la reine des animaux abandonnés et des âmes cabossées. J'ai de qui tenir... Mes parents sont des gentils, des vrais, très investis dans différentes associations de solidarité : « C'est normal, nous répètent-ils, on a beaucoup de chance... » Message reçu 5 sur 5 par la gamine que je suis. D'où le moineau tombé du nid. D'où, aussi, ce drôle d'oiseau tout efflanqué que je croise dans la cour de récré à la rentrée de 6 e : Fanny. Mutique, toujours seule, elle serre les dents sous une pluie continuelle de moqueries. Parce qu'elle n'a pas les bonnes marques de fringues, parce que la voiture de ses parents est toute rouillée, et parce qu'eux-mêmes ont vraiment une allure étrange... J'apprendrai bien plus tard dans quel cocktail elle a grandi : alcool, chômage, violence. Mais très vite, je fonds sur elle : je veux la protéger, je veux être son amie. Après quelques mois de résistance, elle accepte et finit par faire de chez moi son refuge, de mes parents et de mes sœurs, sa seconde famille.

Chacune son monde

Nos routes s'écartent légèrement au lycée : je vise l'université, elle veut gagner sa vie, et son indépendance... Elle sera esthéticienne. Mais je tiens à notre amitié et l'invite à toutes mes soirées étudiantes. À chaque fois, elle me fait le même coup : bien sûr qu'elle sera là. Et au dernier...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi