"C'est moi la loi" : le témoignage choc d'une ex-compagne de gendarme, victime de violences conjugales

·1 min de lecture

L'enfer, en plein cœur d'une caserne de gendarmerie. Pendant 3 ans, une femme a été victime de violences conjugales des mains de son mari, gendarme de profession. Elle s'est confiée sur son calvaire au micro de Quotidien mercredi 13 octobre 2021, sans divulguer son identité. Cette femme raconte comment tout a commencé, très rapidement après leur installation dans la caserne : "Il y avait eu une soirée à la gendarmerie, il avait bu énormément, il m'avait coincée entre le frigo et le mur, des coups de poing, des coups de pied" commence-t-elle. "Ma réaction ça a été de lui dire 'Je vais porter plainte', il m'a répondu 'personne te croira, c'est moi la loi'" précise-t-elle. Ces violences, tout le monde était au courant dans la caserne selon elle : "On avait un major au-dessus de nous, moi j'entendais sa chasse d'eau mais lui il entendait pas les appels au secours" ajoute-t-elle avec effroi. Après trois ans de coups, c'est finalement leur fille qui appellera les forces de l'ordre.

Condamné à quatre mois de prison avec sursis, son ancien compagnon aurait dû être mis à l'écart du contact avec les victimes selon les dernières directives du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Or il a seulement été muté dans un autre service, mais prend toujours les appels... de femmes victimes de violences conjugales. L'équipe de Quotidien s'en est assuré en le demandant personnellement, une journaliste se faisant passer pour une victime. Suite à cette séquence, la journaliste de Yann Barthès s'est (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles