C'est quoi ce "pack nouveau départ" qui sera proposé aux victimes de violences conjugales ?

Le gouvernement veut proposer aux victimes de violences conjugales un "pack nouveau départ". Mais qu'est-ce que c'est au juste ?

Dans le cadre des trois ans du Grenelle des violences conjugales, le gouvernement veut proposer dès début 2023 aux victimes de violences conjugales un "pack nouveau départ". L'idée de la ministre chargée de l'Egalité Isabelle Rome ? "Faciliter le départ du domicile des femmes bénéficiant de mesures de protection".

Ce pack serait, développe la ministre auprès du Journal du Dimanche ce 4 septembre, une "sorte de guichet unique, expérimenté dans plusieurs sites, pour fournir tout l'accompagnement nécessaire aux victimes". Le but est d'aider les femmes victimes de violences "à prendre leur envol", à travers la mobilisation d'aides sociales, l'accès à la formation ou encore l'aide au retour à l'emploi notamment. Mais également, l'hébergement d'urgence et le soutien psychologique.

D'autres mesures importantes

Car face à l'explosion des féminicides en 2021, Isabelle Rome souhaite en priorité "fournir un accompagnement spécifique aux victimes", insiste la ministre. Parmi ces mesures : initier une mission parlementaire sur le traitement judiciaire des violences faites aux femmes. La ministre insiste sur l'importance de former magistrats, juges et procureurs "susceptibles de traiter ce type d'affaires". Isabelle Rome aimerait également que la notion d'emprise soit davantage prise en compte dans ce cadre. Parmi ses volontés également, celle " d'interroger la violence des auteurs" ou encore améliorer l'éducation également, et sensibiliser dès le plus...

Lire la suite

VIDÉO - Anne, victime de violences conjugales pendant 25 ans : "Pendant qu’il essayait de me tuer, mon mari était au téléphone avec sa maîtresse"

À lire aussi

"Pas besoin d'attestation" : quelles solutions pour les victimes de violences conjugales ?
5 façons discrètes de communiquer avec une victime de violences conjugales
Vers un plan d'urgence pour les victimes de violences conjugales confinées ?