"C'est ma place": critiqué, Macron justifie sa présence à la messe du pape François à Marseille

"C'est ma place": critiqué, Macron justifie sa présence à la messe du pape François à Marseille

Droit dans ses bottes. Le chef de l'État assistera samedi 23 septembre à la messe géante célébrée par le pape François au stade Vélodrome de Marseille. Cette participation est très critiquée par la gauche qui accuse Emmanuel Macron de ne pas respecter la laïcité.

"C'est ma place", s'est défendu le Président ce vendredi après-midi lors d'un déplacement en Côte d'Or.

Une première depuis 43 ans

"Je n'irai pas en tant que catholique mais en tant que président", a-t-il encore précisé, au pied de la collégiale Notre-Dame de Semur-en-Auxois.

C'est la première fois depuis 1980 qu'un président assiste à la messe du pape en France. De quoi faire grincer des dents dans les rangs de La France insoumise.

"Macron tape l'incruste sans respect pour sa propre fonction", s'est par exemple agacé le fondateur des insoumis Jean-Luc Mélenchon.

"Un évènement populaire"

Même son de cloche pour le député insoumis Alexis Corbière qui a regretté une application du principe de la laïcité à "géométrie variable, selon les cultes".

Dès jeudi, l'Élysée avait tenu à désamorcer toute polémique. La loi de 1905 sur la séparation des églises et de l'État "n'exclut pas les relations avec tous les cultes", avait fait savoir le cabinet d'Emmanuel Macron.

La venue du pape est "un événement populaire" et "festif", avait encore jugé l'entourage du chef de l'État, tenant à préciser que le dirigeant "ne participerait pas à l'eucharistie en tant que croyant".

Article original publié sur BFMTV.com