Publicité

C'est prouvé : plus un homme gagne d'argent, moins il est intelligent

Gagner beaucoup d’argent, une preuve d’intelligence ? Pas vraiment, selon une étude suédoise, ou en tout cas pas chez les hommes à partir d’un certain revenu. Si notre société adore vanter la méritocratie, cette étude menée à l’université de Linköping en Suède et publiée dans l’European Sociological Review affirme qu’à partir d’un seuil de 60 000 € de revenu annuel, les fonctions cognitives des hommes diminueraient… et que les 1 % les plus riches seraient les pires.

Pour mener cette étude, les chercheurs ont réuni les données de 59 387 hommes suédois qui avaient passé un test de circonscription militaire à l’âge de 18 ou 19 ans, rapporte Futura Sciences. Un échantillon qui, s’il se limite ici seulement aux hommes, regroupe tout de même un large niveau de rémunération et de professions parmi des profils avec une carrière de 11 ans environ, et pour une moyenne d’âge de 40 ans. Certaines études antérieures prouvent que plus nos capacités cognitives augmentent, plus on a de chance de réussir professionnellement. Mais selon les conclusions de cette nouvelle étude, plus un homme gagne d’argent, plus ses capacités cognitives seraient limitées. “Nous constatons que la relation entre les capacités cognitives et le salaire est forte dans l’ensemble, mais qu’au-delà de 60 000 euros par an, les capacités plafonnent à un niveau modeste de +1 écart-type”, expliquent-ils.

Sur le même sujet ⋙ L’amitié entre riches et pauvres pourrait réduire les inégalités sociales, selon une étudeNon, baisser (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les femmes victimes de violences conjugales sont trois fois plus susceptibles de faire une tentative de suicide
En couple, hommes et femmes ne gèrent pas l’argent de la même façon, une disparité qui creuse l’inégalité financière
Les thérapies de conversion font encore de gros dégâts en Europe, alerte la commissaire aux droits de l’homme
Discrimination, agressions, mariage forcé : un rapport dénonce la violence systémique envers les femmes queers
En France, plus de 90 % des personnes noires disent être victimes de racisme dans leur vie de tous les jours