Château de Chenonceau : tout savoir sur les jardins

Un parterre revigoré

Henri II offre le domaine, en 1547, non pas à Catherine de Médicis, son épouse, mais à Diane de Poitiers, sa favorite. Sur une terrasse surélevée en bord de Cher, elle plante poiriers, pêchers, mûriers blancs, fraisiers et groseilliers, et cultive un potager. Au XIXe siècle, huit plates-bandes sont créées avec des santolines, pétunias, dahlias nains et bégonias. Le parterre de Diane est désormais un jardin d’agrément Renaissance aux rangées d’hibiscus, d’ifs, de buis et de lauriers-tin, et a retrouvé son jet d’eau originel.

Le domaine garde son âme

Après le décès accidentel du roi, suite à un tournoi en 1559, sa veuve humiliée récupère le château de Chenonceau. Catherine a la haute main sur les affaires du royaume pendant près de trente ans, grâce à ses fils François II, Charles IX et Henri III qui se succèdent sur le trône. Pour accueillir fêtes et bals royaux comme il se doit, la Florentine fait bâtir deux galeries superposées au-dessus du Cher et réaménage tous les espaces verts du domaine. Dans le jardin qui porte aujourd’hui le nom de la souveraine, les boules de buis, les rosiers sur tige et les cordons de lavande se déploient autour d’un bassin circulaire, avec vue sur la façade occidentale du château. Des palissades de rosiers Clair Matin le délimitent en bord de douve.

Les fleurs à l’honneur

La passion de Catherine de Médicis pour les plantes perdure au sein du Potager des fleurs. Une centaine de variétés de fleurs à couper, mais aussi quatre cents rosiers et des légumes y sont cultivés toute l’année dans deux serres et douze carrés bordés de pommiers. Le domaine de Chenonceau dispose également d’un atelier floral unique en son genre. Deux fleuristes, dont le Meilleur Ouvrier de France Jean-François Boucher, renouvellent chaque semaine les deux cents bouquets disposés dans les salles du château. La cuisine, elle, accueille les légumes de saison, disposés selon une scénographie toujours renouvelée.

Un labyrinthe végétal

Dans une clairière du parc

(...) Cliquez ici pour voir la suite