Château de Flaugergues : tout savoir sur les jardins

Une ferme urbaine collaborative

En bordure du vignoble, près d’un hectare est dévolu depuis l’an dernier à un projet pilote de ferme urbaine écologique collaborative, porté par Sébastien Girault. « Les soixante adhérents viennent travailler à tout moment, explique-t-il. Ils rapportent chez eux les produits du potager et reçoivent la formation en permaculture de deux ingénieurs agronomes et d’un jardinier paysagiste. » La jeune « forêt comestible » se met en place, non loin du poulailler et du rucher. Le projet est de doubler le nombre d’adhérents et de terres cultivées, et de susciter des vocations dans d’autres villes. « On peut même planter des jardins sur d’anciens parkings ! », s’enthousiasme Sébastien Girault.

Une douce folie

Aménagée en 1696 par Etienne de Flaugergues, cette propriété forge un style qui inspirera une dizaine d’autres folies. Le terme, dérivé du mot feuillage, renseigne sur l’importance du jardin à la française, planté d’essences méditerranéennes et associé ici à un domaine viticole. En 1850, est créé un parc à l’anglaise aux espèces exotiques. A partir de 1980, Henri et Brigitte de Colbert, propriétaires, restaurent ces lieux où oliviers, agrumes et chênes verts côtoient palmiers, bambous et goyaviers.

Un havre préservé

Autrefois maison de campagne, aujourd’hui au cœur d’un quartier de Montpellier, ce domaine a réussi à s’adapter au fil des siècles à l’urbanisme galopant d’une métropole de près d’un demi-million d’habitants. L’allée menant autrefois à un belvédère d’où l’on devinait la mer est désormais élégamment fermée par un hémicycle de cyprès dissimulant l’autoroute. Le vignoble, dont les racines remontent à l’époque romaine, résiste aux projets immobiliers et ne cesse de s’améliorer. Les jardins et le château plein de richesses sont ouverts toute l’année au public par la famille Colbert, châtelains animés par un esprit de partage.

Du cep au verre

Dans le vignoble, Pierre de Colbert pratique une agriculture respectueuse de l’environnement. Le lieu

(...) Cliquez ici pour voir la suite