Le château de Versailles réfléchit à moduler ses tarifs en fonction de l'offre

·1 min de lecture

C'est le quatrième lieu touristique le plus visité de France et, à l'image des autres sites comme Disneyland Paris ou le Mont Saint-Michel, il doit rester fermé en raison du coronavirus : le château de Versailles subit depuis maintenant dix mois les restrictions liés à la crise sanitaire. Dans La France bouge, en direct de l'établissement versaillais, la directrice Catherine Pégard a dressé le constat d'une baisse considérable des recettes, qui amène le château a réfléchir à sa viabilité une fois les visiteurs de retour.

Une augmentation du tarif de base ? "Indécent"

Premièrement, la directrice du château assure que le prix unitaire du billet n'augmentera pas sitôt les grilles rouvertes : "Il serait assez indécent de parler d'augmentation du billet. Le château de Versailles n'est pas un îlot solitaire dans la vie économique de la France. Aujourd'hui, beaucoup de gens ont des difficultés énormes et parler d'augmentation du prix du billet me semble assez difficile", défend l'ancienne journaliste et conseillère de Nicolas Sarkozy.

" Aujourd'hui, on ne fait pas grand chose pour compenser les pertes "

Pour autant, le prix de certaines visites pourrait connaître une augmentation : la direction de l'établissement veut "essayer d'adapter (ses) visites, de faire en sorte qu'il y ait des visites qui soient proposées à un tarif plus élevé parce que l'offre sera plus importante. Nous commençons déjà à y penser", assure Catherine Pégard, en fonction depuis août 2011. L'offre du château s'e...


Lire la suite sur Europe1