Chantal Lauby, maman absente ? Ces regrets douloureux avec sa fille Jennifer Ayache

Quelques mois seulement après le succès de Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon dieu, Chantal Lauby est de retour au cinéma dès le 8 janvier 2020 avec Sol. A l’affiche du film signé Jézabel Marques avec Camille Chamoux, les deux comédiennes étaient les invitées de Stéphane Bern au micro d'À la bonne heure sur RTL, ce vendredi 3 janvier. L’occasion pour la septuagénaire de revenir sur son parcours d’actrice populaire. Si elle a mené de front sa carrière au cinéma et sa vie personnelle, elle confie avoir quelques regrets quant à son rôle de mère.

Maman de Jennifer Ayache, la chanteuse du groupe Superbus (née de son union avec Jean-Pierre Ayache), elle raconte : “Il y a plein de moments où je repense à tout ça, où je me dis ‘quand même, je l’ai laissée longtemps toute seule aussi’”. Elle se souvient : “Je l’emmenais de temps en temps le samedi au studio, mais il y avait des moments où je rentrais, elle était déjà couchée. Et ça fend le cœur quand tu y repenses maintenant avec du recul”.

⋙ Sylvie Tellier : sa réponse limpide aux critiques qui l'accusent de ne pas remplir son rôle de mère

Chantal Lauby admet : “Même si je lui ai quand même donné du temps, il y a des fois où je me dis “tiens, j’aurais pu penser un petit peu plus à elle aussi”. Malgré son emploi du temps surchargé, elle racontait au magazine Causette en janvier 2019 : “On est à la limite du fusionnel, elle et moi. Je l'ai élevée seule. On est des artistes toutes les deux. Quand il y en a une qui tombe, l'autre l'épaule".

Celle qui se décrit comme une "célibataire indépendante” dévoile avoir transmis son “besoin de liberté totale" à sa fille unique : "Ma fille est partie à 14 ans et demi aux États-Unis pour apprendre la musique. Tous les parents d'élèves me disaient : 'Mais tu es malade de la laisser partir !' Je savais que j'allais m'angoisser, mais je n'allais pas l'empêcher de vivre un truc". Une distance qui lui aura permis de se lancer dans la musique.

A lire aussi : Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu snobé

(...) Cliquez ici pour voir la suite