Sur les chantiers des Jeux Olympiques de 2024, des travailleurs sans-papiers exploités et victimes de chantage

Chantage, salaires non payés, travailleurs sans-papiers et sans contrat, heures supplémentaires non payées et absence de jour de repos… Non, on ne parle plus des chantiers de la Coupe du monde au Qatar mais bien des Jeux Olympiques de 2024, qui auront lieu en région parisienne. Et si en France, la situation du Qatar a posé question, les chantiers des Jeux Olympiques de Paris semblent cacher bien des choses. Comme le rapporte BFM TV, plusieurs chantiers emploient illégalement des travailleurs et n’hésitent pas à recourir à des méthodes de travail discutables pour terminer la construction de ces infrastructures olympiques.

Selon le média, plusieurs travailleurs sans-papiers ont été embauchés notamment sur les sites du Village des athlètes ainsi que celui du centre aquatique de Marville, en Seine-Saint-Denis – de quoi mettre la mairie de Paris et la région dans l’embarras. Une alerte avait été lancée par la CGT il y a plusieurs mois, indiquant les conditions de travail auxquelles font face ces travailleurs. Une situation qui n’est pas propre aux chantiers des Jeux Olympiques, les travailleurs sans-papiers étant monnaie courante selon Actu.fr, mais qui est devenue “un enjeu de crispation politique et d’exemplarité sociale”.

Sur le même sujet ⋙ Mondial au Qatar : une application permet aux travailleurs migrants de connaître leurs droits et de les défendreCoupe du monde 2022 : Human Rights Watch accuse le Qatar de violence envers la communauté LGBTQ+

L’un de ces travailleurs, Moussa, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

"Binge-working" : les patrons français sont les plus addicts au travail, et c'est une surprise
"Le féminisme a gagné dans les têtes, mais pas dans les faits" : le retour surprise du sexisme chez les jeunes générations
“On cherche des profils féminins mais on ne les trouve pas” : l’urgence de féminiser les métiers de l’aéronautique
Sexisme : un quart des 25-34 ans estime qu'il faut parfois être violent pour se faire respecter selon un rapport du HCE
"Influvoleurs" : des victimes d'influenceurs portent plainte pour escroquerie, une première en France