Charlène de Monaco en Afrique du Sud : pourquoi la venue d’Albert et leurs enfants pose problème ?

·1 min de lecture

Absente du Rocher depuis mai dernier, Charlène de Monaco va devoir subir une nouvelle opération. Le prince Albert et leurs enfants ont annoncé vouloir lui rendre visite, mais il semblerait que leur voyage soit compromis.

Hospitalisée suite à une infection de la sphère ORL, Charlène de Monaco est toujours en Afrique du Sud. Si la princesse était partie en mission pour la conservation des rhinocéros, elle a finalement été contrainte de rester sur place suite à ce souci de santé. Après une longue convalescence, on la pensait sortie d’affaire. Pourtant, Charlène de Monaco doit de nouveau subir une opération. Le prince Albert ainsi que le prince Jacques et la princesse Gabriella, leurs enfants, comptent lui rendre visite dans les semaines à venir après avoir été séparés pendant presque trois mois. Une nouvelle qui aurait pu remonter le moral de son épouse à qui sa famille manque terriblement. « J'ai hâte que nous soyons ensemble », a-t-elle confié au quotidien allemand « Bunte ».

Un voyage compliqué 

Pourtant, Charlène de Monaco devra peut-être patienter encore un peu avant de retrouver son époux et ses jumeaux. En effet, la situation politique en Afrique du Sud, peu stable, pourrait perturber leur venue. La princesse est soignée près de Durban, dans la région du KwaZulu-Natal, une zone ravagée par les pillages et les incendies criminels. L’incarcération de l’ex-président du pays Jacob Zuma pour cause de corruption, le 9 juillet dernier, a provoqué de gros débordements.Ces violences ont déjà causé la mort de 276 personnes selon l’AFP. Un bilan inquiétant, qui pourrait empêcher la famille princière monégasque de se retrouver.

...Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles