Charlène de Monaco se confie sur 2019, "une année incroyablement douloureuse"

2019 a été une année compliquée pour la princesse Charlène de Monaco, ’ordinaire très discrète sur sa vie privée. Rares sont les confidences de celle qui partage sa vie avec le prince Albert. Mais à quelques heures du décompte de minuit, la maman de Jacques et Gabriella s’est livrée sur cette année "incroyablement douloureuse", au magazine sud-africain Huisgenoot.

Peu souriante sur les photos officielles, la jolie blonde est souvent accusée d’être froide, voire hautaine. Au cours de ces derniers mois, la belle-soeur de Stéphanie de Monaco a eu l’air encore plus triste et fermé. Et pour cause… Cette année a été marquée par la perte de deux proches en l’espace d’une dizaine de jours. Charlène s’est ensuite montrée très inquiète pour la santé de son père. Âgé de 73 ans, Michael Wittstock a dû être opéré en Afrique du Sud.

“Parfois, c’est juste difficile de sourire”

Dans les colonnes du magazine, elle raconte : “Cette année m’a vraiment mis un coup… Les gens disent toujours ‘mais pourquoi elle ne sourit jamais ?’ Parfois, c’est juste difficile de sourire. Ils ne sont pas au courant de tout ce qui se passe”. Si elle admet que sa vie sur le rocher monégasque est “un privilège”, elle confesse avoir du mal à vivre loin des siens : “Ma famille et mes amis d’Afrique du Sud me manquent et je suis triste car je ne peux pas être là pour eux”. Heureusement, la princesse de 41 peut désormais compter sur le soutien de son frère Mike Wittstock, qui s’est installé à Monaco avec sa famille.

En février dernier, l’ancienne nageuse a fait découvrir pour la première fois son pays natal à ses deux enfants. Un moment riche en émotions pour elle. “Je rêvais de les emmener là-bas depuis longtemps”, avait-elle confié à Point de Vue. Au cours de ce voyage, les deux petites têtes blondes ont marché sur les pas de leur maman à Benoni, la ville où elle a grandi. “Les enfants étaient impatients de voir grandpa et grandma. Dans l’avion, en arrivant, nous regardions tous les trois par le hublot et Jacques

(...) Cliquez ici pour voir la suite