Charles de Gaulle : ce jour tragique où Anne, sa fille trisomique, est morte dans ses bras

·2 min de lecture

De Gaulle, l'éclat et le secret. C’est le titre de la série événement diffusée à partir du lundi 2 novembre 2020, à 21h05 sur France 2. Le pitch ? Nous sommes en juin 1940. Alors que le général Charles de Gaulle est dépêché à Londres afin de négocier avec Winston Churchill l'union de la France et du Royaume-Uni pour faire face à l'Allemagne, la France demande l'armistice et le maréchal Pétain s'installe au pouvoir. Pour de Gaulle, c'est la trahison suprême. Le 18 juin, il lance à la radio un appel à poursuivre le combat. L'aventure de la France Libre commence. Peu de temps après, après avoir affronté bien des dangers, Yvonne de Gaulle et ses enfants parviennent enfin à Londres. Mais le 3 juillet, la Royal Navy attaque la flotte française amarrée dans la rade nord-africaine de Mers el-Kébir. Un programme qui mélange vie publique et vie privée, pouvoir et intimité, l’éclat et le secret, donc. L’occasion de se pencher sur le personnage d’Anne de Gaulle, benjamine du Général et personnage clef de sa vie.

Charles de Gaulle n’est pas qu’une grande figure de l’Histoire française. C’est aussi un père de famille, un mari. De son union avec Yvonne de Gaulle (née Vendroux), célébrée le 7 avril 1921, naissent trois enfants : Philippe (né le 28 décembre 1921), Elisabeth (née le 15 mai 1924) et Anne (née le 1er janvier 1928). Cette dernière voit le jour lors d’un accouchement “difficile et douloureux”, comme le rappelait Vanity Fair. La fille cadette du couple est chérie, choyée, aimée. Très vite, on lui diagnostique une trisomie 21. “C’était quelqu’un de très croyant et je pense que cette enfant très particulière l’a peut-être aidé à se battre encore plus pour la France dans ces moments difficiles”, confiait Anne de Laroullière, fille d’Élisabeth de Gaulle, dans un reportage diffusé sur France 2. A propos de cette enfant qu’il surnommait “ma joie”, Charles de Gaulle glissait au biographe Jean Lacouture : “Sans Anne, peut-être n’aurais-je jamais fait ce que j’ai fait. Elle m’a donné (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite