Charlotte Casiraghi victime de préjugés : elle se confie sur sa véritable passion, qui est loin d'être "une coquetterie"

F.A
·2 min de lecture

Parce qu'elle est membre de la famille princière de Monaco, et égérie de nombreuses marques de luxe, Charlotte Casiraghi fait l'objet de préjugés, qui l'obligent à se réexpliquer "sans cesse". Elle se confie ce 6 avril à Libération.

"Ah, parce qu'elle s'y connait en littérature, la princesse ?" C'est le genre de question que Charlotte Casiraghi entend souvent à son sujet, comme elle le confie, ce 6 avril, dans les colonnes de Libération. La fille de Caroline de Monaco, et nièce du prince Albert fait l'objet d'un portrait spécial, cette semaine, où elle se montre bien loin de l'image d'égérie Chanel et Yves Saint Laurent, qu'elle montre habituellement sur papier glacé.

Victime de préjugés

Du haut de ses 34 ans, celle qui fascine plus pour sa vie privée que publique regrette d'être victime de préjugés. Elle confie à nos confrères : "Les gens aiment bien les cases". Et prend les choses avec hauteur : "j'ai l'habitude, il faut sans cesse que je réexplique, y compris à des connaissances, qui vont me dire : 'Ah ! Mais on ne savait pas que tu t'intéressais à tout ça !' alors qu'elles vont m'écrire quand un truc sort dans la presse que ma vie personnelle...", dit-elle.

Maman de deux enfants - Raphaël, 7 ans, qu'elle a eu avec Gad Elmaleh, et Balthazar, 2 ans, qu'elle a eu avec Dimitri Rassam - Charlotte Casiraghi a également eu d'autres bébés... dans la sphère professionnelle ! Elle a cofondé en 2015 les rencontres philosophiques de Monaco, puis en 2021, les rendez-vous littéraires rue Cambon. Et ces évènements ne lui sont pas "venus comme une coquetterie", défend-elle dans les colonnes du quotidien.

"Mais ça n'intéresse pas vraiment..."

Elle qui a passé un...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi