Charlotte Gainsbourg : ces objets personnels de son père qui ont été volés

·2 min de lecture

Serge Gainsbourg nous a quittés le 2 mars 1991. À l'époque, sa fille Charlotte Gainsbourg n'avait que 19 ans, et a très mal vécu ce deuil : entre les mélodies de Serge Gainsbourg qui retentissaient un peu partout, en boucle, dans les médias, et les hommages qui se sont multipliés, l'actrice a ressenti beaucoup d'émotions contradictoires. “Je me sentais acculée, je n’ai pas su gérer mes émotions au milieu d’une telle effervescence. Il a fallu que je rejette tout en bloc. Je n’avais pas envie de partager”, explique-t-elle d'ailleurs dans les colonnes de Télérama mercredi 24 février 2021. Trente ans après, Charlotte Gainsbourg voit les choses différemment : “Je comprends maintenant ce besoin qu’ont les gens de me parler de lui et l’affection qui s’en dégage. Mais quand j’avais 19 ans, il n’y avait que ma peine, et je me sentais agressée : ‘Comment peuvent-ils ne pas voir qu’ils me meurtrissent quand ils me racontent leurs souvenirs ?’”

La comédienne a depuis réussi à faire le deuil de son célèbre père et souhaite partager le plus possible avec ses admirateurs. Charlotte Gainsbourg a ainsi entrepris un immense chantier dans le but de rendre accessible au public le dernier domicile de son père situé rue Verneuil, dans le 7e arrondissement de Paris. Un beau projet mis en place dans le but de suivre les volontés de l'auteur-compositeur-interprète décédé : "J'avais lu qu'il avait envie qu'elle devienne un musée. J'avais donc une mission, sans savoir grand-chose de ses souhaits. Il n'a pas rédigé de testament. Les premières années, j'ai essayé que l'idée prenne corps, ensuite il y a eu des hauts et des bas", a-t-elle expliqué.

La compagne d'Yvan Attal a en effet eu quelques mauvaises surprises : "Des pièces de collection ont été volées lors de visites 'secrètes'. J'ai été choquée de l'apprendre", a-t-elle dévoilé. Les équipes qui s'occupent de mettre en place le musée ont en outre pris du retard à cause de différents contretemps et de la crise sanitaire. L'endroit, qui devait (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite