Charnier de Paris-Descartes : le responsable des corps fait de macabres révélations

·1 min de lecture

En novembre 2019, L’Express fait éclater le scandale autour de ce que l’on appellera l’affaire du charnier de Descartes. À l’époque, nos confrères dévoilent une enquête insoutenable sur le Centre du don des corps (CDC) de la faculté René-Descartes, située dans le 6e arrondissement de Paris. Au cinquième étage de ce temple de la médecine, le plus grand centre anatomique de France, régnait donc un véritable charnier. Les corps donnés à la science finissaient ainsi démembrés, remplis de vers, attaqués par les rongeurs et les mouches, avant d’être entassés par dizaines, parfois dans un état de putréfaction avancé. Certains, trop abîmés, étaient par ailleurs incinérés avant même d’avoir pu servir à la science.

À la suite de ces révélations, près de 170 proches de défunts ont porté plainte contre X, entraînant la fermeture du CDC dans la foulée. En juin 2020, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, a diligenté une inspection, qui a conclu à la “responsabilité” de l’université. Un mois plus tard, le pôle de santé publique du parquet de Paris a ouvert une information judiciaire. Le 14 avril 2021, l’ancien responsable des préparateurs des corps a été mis en examen pour “atteinte à l’intégrité d’un cadavre portant sur les conditions de conservation et de mise à disposition des corps” – de même qu’un autre ancien préparateur, ainsi que l’université elle-même et son ancien président. Le 1er juin suivant, Jean-Rémy H. a été déféré devant le juge d’instruction (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles