Publicité

Les chars américains Abrams bientôt en Ukraine pour soutenir la contre-offensive

La contre-offensive ukrainienne "progresse régulièrement" face aux troupes russes et sera bientôt soutenue par l'arrivée sur le terrain des chars lourds Abrams, a assuré mardi le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin à l'ouverture d'une réunion des alliés de l'Ukraine en Allemagne.

Cette 15ème réunion de coordination de l'aide militaire à l'Ukraine, sur la base américaine de Ramstein, rassemble une cinquantaine de pays en présence du nouveau ministre ukrainien de la Défense, Roustem Oumerov, dont le pays réclame plus de moyens pour repousser l'invasion russe.

Engagées depuis début juin dans une difficile contre-offensive face à des lignes fortifiées russes, les forces ukrainiennes ont accentué leur pression ces deux dernières semaines.

M. Austin a également annoncé que les chars américains Abrams promis en début d'année à Kyiv "entreront bientôt en Ukraine".

Selon un haut responsable militaire américain, les premiers chars arriveront dans les prochains jours et le processus sera achevé dans les semaines à venir.

Berlin sous pression

Ces chars seront notamment équipés de munitions à uranium appauvri de 120 mm fournies par les Etats-Unis, selon une annonce faite par Washington en septembre. Ces munitions peuvent percer les blindages mais sont controversées en raison des risques toxiques pour les militaires et la population.

Washington avait promis en janvier l'envoi de 31 Abrams au total, des chars lourds qui rejoindront les Challenger 2 livrés par Londres et les Leopard 2 de fabrication allemande.

Fin avril, 230 chars occidentaux avaient été livrés, selon le chef de l'Otan Jens Stoltenberg. Les Ukrainiens ne disposaient auparavant que de chars de conception soviétique.

Les responsables ukrainiens insistent cependant sur l'urgence d'obtenir plus de moyens pour frapper les troupes russes au-delà de la ligne de front et contrôler l'espace aérien.

Après d'intenses discussions, plusieurs pays se sont engagés à livrer des chasseurs F16 de conception américaine, même si ce matériel pose un défi de formation majeur et ne sera pas utilisable avant plusieurs mois pour les premières unités.

Les responsables ukrainiens exhortent aussi depuis plusieurs mois l'Allemagne à livrer des missiles de croisière de longue portée Taurus.

La question n'a pas encore été tranchée, a reconnu lundi le ministre allemand de la Défense Boris Pistorius, soulignant qu'une "multitude d'aspects politiques, juridiques, militaires et techniques" doivent d'abord être réglés.

Parmi les questions en suspens figure ainsi celle de savoir si ce type d'arme peut être utilisé sans l'appui de soldats de la Bundeswehr. Berlin craint également que les missiles n'atteignent le territoire russe, entraînant une escalade du conflit.

"Ce dont l'Ukraine a le plus besoin", ce sont des munitions, selon le ministre allemand dont le pays a annoncé, à la veille de la réunion, un nouveau paquet d'aide essentiellement militaire de 400 millions d'euros.

Drones russes

Ouvrant la rencontre mardi, Lloyd Austin a insisté sur la nécessité de "poursuivre les efforts pour doter l'Ukraine de systèmes de défense aérienne et d'intercepteurs", alors que le pays est visé quasi quotidiennement par des drones russes.

Une attaque tôt mardi contre Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine et donc à près de 1.000 km du front, a détruit trois entrepôts et fait au moins un mort et un blessé, selon Kyiv.

Dans la région de Mykolaïv (sud), dix drones Shahed ont été abattus au cours de la nuit par les défenses aériennes, a déclaré mardi le gouverneur Vitaliy Kim.

La réunion de Ramstein est la première à laquelle participe le nouveau ministre ukrainien de la Défense Roustem Oumerov, nommé au début du mois en remplacement d'Oleksiï Reznikov.

"Roustem, j'ai hâte de travailler étroitement avec toi et ton équipe, et je sais que c'est le cas de tout le monde ici", a déclaré Lloyd Austin.

Un haut responsable américain de la Défense avait déclaré avant la réunion qu'il s'agissait d'une occasion "d'entendre de la bouche du ministre Oumerov lui-même quelle est sa vision, quelle est sa priorité".

Au total, selon Lloyd Austin, les États-Unis et les partenaires de l'Ukraine ont engagé plus de 76 milliards de dollars en aide directe à la défense de l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe.