"Le chemin a été horriblement compliqué" : Adriana Karembeu raconte ses fausses couches

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

De plus en plus de femmes brisent les tabous autour du premier trimestre de grossesse, et mettent un terme à la silenciation qu'on impose à celles qui vivent un arrêt naturel de grossesse, aussi appelé fausse couche. Des anonymes mais également des célébrités, qui participe à normaliser ce sujet qui en a plongé nombreuses dans une culpabilisation dévastatrice.

Dernière en date : la présentatrice et mannequin Adriana Karembeu. Aujourd'hui maman comblée d'une petite fille de 4 ans, Nina Ohanian, elle raconte à l'occasion de la diffusion de l'émission Les Pouvoirs extraordinaires du corps humain sur France 2, cette fois consacrée aux désirs et plaisirs féminins, sa propre expérience avec la maternité. Et surtout, le parcours du combattant qu'elle a dû mener pour devenir mère à 46 ans.

"Il y a des femmes qui tombent enceintes facilement, d'autres qui décident d'avoir un enfant plus tard et pour qui c'est moins facile", a-t-elle expliqué auprès de Femme Actuelle. Et d'expliquer avoir également vécu des fausses couches. "Je n'ai pas fait qu'une, j'en ai fait plusieurs", a-t-elle ajouté.

"Horriblement compliqué, psychologiquement et physiquement"

"Je savais que tomber enceinte après 40 ans, ce serait compliqué. Je priais juste que cela arrive. Le chemin a été horriblement compliqué, psychologiquement et physiquement. Je considère que tomber enceinte était un miracle. Celles qui ont vécu la même chose que moi et ont réussi à concevoir,...

Lire la suite


À lire aussi

"On est seule" : Sandra Lorenzo raconte sa douloureuse fausse couche
La Youtubeuse Emy LTR raconte sa fausse couche "très douloureuse"
"Pourquoi en avoir fait un tabou ?" : la députée Paula Forteza raconte sa fausse couche

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles