Chenilles processionnaires : que faire en cas de piqûre ?

Les chenilles processionnaires présentent un risque pour la santé humaine, mais aussi pour les animaux et la végétation. Elles tissent généralement leurs nids de soie en hauteur, au milieu de branches d'arbres, mais arpentent les parcs, jardins et les forêts en quête de nourriture, une bonne partie de l'année. À nos risques et périls. Comment les éviter ? Quelles réactions en cas de contact avec leurs poils urticants ? Réponses de la professeure Marie-Sylvie Doutre, dermatologue au CHU de Bordeaux et membre de la société française de dermatologie (SFD).

Chenilles processionnaires du pin et du chêne, quelles différences ?

Ces chenilles vivent en groupe et se déplacent le plus souvent en processions de plusieurs mètres (autrement dit, à la file indienne), d'où leur nom : chenilles processionnaires. Leur corps est recouvert de poils urticants et allergisants, jusqu'à ce qu'elles se transforment en inoffensifs papillons (nymphose). En France, on recense deux types de chenilles processionnaires :

les chenilles processionnaires du pin (Thaumetopoea pityocampa) et les chenilles processionnaires du chêne (Thaumetopoea processionea).

À noter, lorsqu'elles viennent d'éclore, ces chenilles sont oranges et non-urticantes. Les jours passant, elles deviennent grisâtres et présentent une bande noire sur le dos, jonchée de deux sortes de poils : des...

Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles