“On cherche des profils féminins mais on ne les trouve pas” : l’urgence de féminiser les métiers de l’aéronautique

© Léa François

“Qui veut venir avec moi dans le simulateur de vol ?”. À peine la pilote Audrey Escoubet a-t-elle lancé sa question à la volée que plusieurs collégiennes se précipitent pour la suivre. Aujourd’hui, c’est la première session de rencontre de l’opération Féminisons les métiers de l’aéronautique et du spatial, un concours initié par l’association Airemploi et qui a pour but de démocratiser tous les métiers de cette industrie, de ceux qui font rêver à ceux un peu moins cotés. Sans surprise, le parcours de la pilote en impose, et met des étincelles dans les yeux des jeunes filles. “C’est super impressionnant de voir une femme pilote, alors que mécanicienne et informaticienne, c’est des métiers qu’on peut voir un peu partout” explique Chada, élève au collège Jacqueline de Romilly, à Magny-le-Hongre. L’admiration est là, mais pas la vocation : “C’est un beau métier, mais moi, je ne me vois pas pilote. J’aurais peur, c’est trop de responsabilités. Si on se crash, je ne saurais pas manoeuvrer” confie Sarah. Son amie abonde dans son sens. Absence de vocation ou croyances limitantes ? Leurs convictions émanent plutôt, semble-t-il, de barrières mentales qu’elles ont intégrées : responsabilité, complexité des manœuvres, autant de compétences connotées masculines dans lesquelles elles ne se projettent pas.

Ce biais de genre renvoie à une réalité pourtant bien tangible : dans le monde, moins de 6% des pilotes des grandes compagnies aériennes sont des femmes, selon une étude réalisée en 2021 par (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

En Angleterre, un projet de "congé ménopause" tombe à l'eau car il discriminerait les hommes
Beyoncé s'attire les foudres de la communauté LGBTQ+ après un concert hors norme à Dubaï
"Binge-working" : les patrons français sont les plus addicts au travail, et c'est une surprise
"Le féminisme a gagné dans les têtes, mais pas dans les faits" : le retour surprise du sexisme chez les jeunes générations
Sur les chantiers des Jeux Olympiques de 2024, des travailleurs sans-papiers exploités et victimes de chantage