Publicité

Le cheval, un allié thérapeutique face à l'AVC

La rééducation après un accident vasculaire cérébral pourrait bénéficier d'un dispositif très original. Près des gorges du Tarn, un étonnant institut d'hippothérapie propose une réadaptation fonctionnelle par le mouvement du cheval. Un essai clinique est en cours pour valider cette technique innovante.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°920, daté octobre 2023.

Silence, lumière, espace. Le lieu donne l'impression d'être au bout du monde. Nous sommes aux confins boisés de la Lozère et de l'Aveyron, sur le causse de Sauveterre, pas très loin des gorges du Tarn, à près de 1000 m d'altitude. Un endroit unique où les "soignants" dorment à la belle étoile, mangent du foin tout spécialement venu du proche Aubrac et sont soigneusement brossés à l'aurore. Car ici, les "thérapeutes" (une dizaine) se prénomment Navajo, Ursula, Dalton… et sont tous… des chevaux.

Nous sommes à Equiphoria, un centre entièrement pensé comme un lieu de soin et de réadaptation fonctionnelle médié par le cheval. L'institut a été créé en 2012 par Hélène Viruega-Bogros, titulaire d'un diplôme américain d'ESMHL (Equine Specialist in Mental Health and Learning, spécialiste équin en santé mentale et en apprentissage) et cavalière émérite - de la trempe de celles et ceux qui murmurent aux oreilles des chevaux -, et son époux Erik Bogros. Il accueille chaque année environ 250 patients par le bouche-à-oreille, sur les conseils de médecins et autres professionnels de santé.

Il s'agit d'un institut d'hippothérapie, une réadaptation fonctionnelle et globale par le mouvement du cheval. Les séances se déroulent dans le manège, au pas, et sont conduites par trois professionnels qui entourent le cheval et le patient, lequel n'a pas d'action de direction sur l'équidé. "Ce que l'on va chercher avec l'hippothérapie, explique Hélène Viruega-Bogros, c'est la transmission au patient du pas du cheval, le plus proche de la marche humaine." Pour introduire en France cette approche, elle s'est inspirée de son expérience américaine, quand elle vivait dans les plaines du Montana et découvrit des centres (il en existe plus de 800 aux États-Unis) proposant des programmes adaptés face à différentes pathologies (neurologiques, psychiatriques, autres types de handicaps…). Tous sont homologués pa[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi