Cheveux : quel shampooing pour mes pellicules ?

·2 min de lecture

Gênantes, les pellicules se voient à l’œil nu et démangent. "L’état pelliculaire est en effet un phénomène assez courant, qui touche à parité les hommes et les femmes, et apparaît généralement dès la puberté. Il se caractérise par une multiplication anormale de la flore du cuir chevelu, provoquant une desquamation accélérée du cuir chevelu" explique Virginie Rasmont, responsable communication scientifique Vichy International.

Deux facteurs peuvent expliquer la présence de pellicules : le sébum et une levure appelée la Malassezia. Quand tout va bien, le cuir chevelu secrète en quantité raisonnable du sébum (fine couche lipidique) qui le protège du dessèchement et des agressions extérieures. Quand tout va bien encore, la Malassezia vit discrètement et en faible quantité dans cet environnement.

Sauf que, explique la spécialiste scientifique Virgine Rasmont, "chez deux personnes sur cinq, la Malassezia prolifère plus que de raison : en se nourrissant du sébum, elle libère aussi des substances qui irritent le cuir chevelu, provoquant des démangeaisons et donc une accélération encore plus forte du renouvellement cellulaire. Normalement, les cellules du cuir chevelu (kératinocytes) se renouvellent tous les 28 jours. Mais lorsque l'équilibre du cuir chevelu est perturbé, le processus de renouvellement s'accélère et ne dure que 13 à 15 jours." Résultat, c’est le cercle vicieux de la pellicule.

Bien sûr certaines conditions favorisent la prolifération de cette levure. Par exemple, les conditions climatiques, comme par exemple le port d’un bonnet l’hiver. Mais aussi la pollution, le stress ou encore la fatigue aggravent le phénomène… C’est pour cela que certaines personnes peuvent avoir des pellicules par période (et notamment à la rentrée !).

C’est une question pas si anodine, car le choix du shampooing antipelliculaire dépend en grande partie du type de pellicules et de la sévérité des symptômes.

Ainsi pour la responsable communication scientifique Vichy International "dans (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite