Chimène Baddi ne veut pas d'enfant et n'en ressent pas le désir… Elle a souhaité avoir recours à la stérilisation pour éviter cette maternité

·2 min de lecture

Chimène Badi ne ressent pas l’envie d’avoir des enfants. Invitée sur le plateau de l’émission de Faustine Bollaert Ça commence aujourd'hui, elle se confie sur son expérience et explique avoir vu des gynécologues qui « refusaient de ligaturer les trompes ».

Chimène Badi s’est confiée sur la maternité dans l’émission animée par Faustine Bollaert Ça commence aujourd'hui diffusée sur France 2. Dans une séquence repérée par Gala, des femmes interviennent pour parler de leur non-désir d’enfant. L’une d’entre elle, âgée de 29 ans, explique avoir demandé à se faire stériliser. Un témoignage qui fait réagir Chimène Badi : « Je suis étonnée, à 29 ans, moi, j'ai vu des gynécologues, qui refusaient de ligaturer les trompes... pour des femmes à partir de 40 ans, ou alors il fallait qu'on ait eu déjà un enfant ». La chanteuse confie alors avoir voulu avoir recours à la stérilisation, mais les experts ont refusé de la pratiquer. La jeune femme de 29 ans précise que l’accès à cette opération en France est très difficile : « c'est tellement tabou qu'on se refile la liste des gynéco sous le manteau ».

Un désir de non maternité profond

« Qu’est-ce que vous ressentez vous, vis-à-vis de la maternté depuis toujours en fait ? » demande Faustine Bollaert à Chimène Badi. La chanteuse confie que dès l’enfance, le jeu du papa, de la maman du mariage « était déjà un problème ». « Je refusais de jouer à ce jeu-là, je ne sais pas pourquoi cela me posait un souci ». A l’adolescence la question de la maternité ne se pose pas. A l’âge adulte, elle vit sa carrière de manière très rapide.

Elle rencontre quelqu’un à l’âge de 24 ans. Durant les...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles