Chloroquine : qui est Didier Raoult?

Clin d‘oeil de l’actu : deux irréductibles Gaulois tiennent la vedette : Astérix, né sous le crayon d’Uderzo qui vient de nous quitter, et Didier Raoult, dont on a découvert les cheveux longs, façon barde celtique et l’air pas commode sous la blouse blanche. L’infectiologue marseillais, qui a mis à l’honneur, pour tordre le cou au Covid 19, un vieux traitement anti palu, la chloroquine, suscite autant d’emballement que de méfiance.

Il est subitement devenu le médecin le plus célèbre de France, si ce n’est du monde puisque sa réputation a traversé l’Atlantique… 68 ans, rugueux, il ne prise guère les interviews et rétorque volontiers "qu’il ne peut pas répondre à toutes les bêtises…". Ultra occupé, il n'a pas pu répondre à nos questions, mais son entourage parle de lui. Quant à la télé, comme le prouve son récent clash avec Michel Cymes, il aime dire que les plateaux de télé sont des "discussions de bistrot", et il ne "parle jamais dans les bistrots" ! Ambiance…

Il a découvert des virus géants

L’homme a de la bouteille. Né à Dakar en 1952, il est spécialiste des maladies tropicales et infectieuses. Il a même donné son nom à deux bactéries : les "Raoultella" et les "Rickettia raoulti". On dirait un gag, mais avec son équipe, il est à l’origine de la découverte de virus géants : les joliment nommés Mimivirus, découvert en 1998 et Spoutnik, en 2008. Il a aussi travaillé sur le diagnostic rétrospectif de la peste au Moyen Age. Ce qui ne l’empêche de se passionner également pour les menaces bioterroristes. Autant dire que les virus, fussent-ils dangereux comme le Covid-19, ne lui font pas peur…

Les médecins le critiquent, parce que Raoult utilise un médicament hors AMM (Autorisation de mise sur le marché). Mais lui, pragmatique, il "s’en fout " ! Le gouvernement décide de faire un essai clinique de grande envergure sur la chloroquine ? Il s’en fout encore comme il l’a clamé dans le Parisien. Ce sera trop tard, on est en guerre, il faut agir vite. Le conseil scientifique mis en

(...) Cliquez ici pour voir la suite