Les chorales font le plein: plus que jamais, tous en choeur!

·1 min de lecture

C’est l’activité culturelle la plus répandue en France. Mais avec la pandémie, les adeptes du chant choral amateur sont restés sans voix pendant 14 mois. Avec 65 000 chœurs sur tout le territoire*, tous les styles de musique sont représentés: classique, jazz, gospel, chants liturgiques, variété… Matthieu est de ceux-là : depuis 7 ans, il joue les barytons au sein de « La nouvelle chorale » à Paris avec une trentaine de comparses de tous âges et de tous milieux. Au programme? "De tout ! résume ce dessinateur de 44 ans. "Cela va des chants traditionnels en différentes langues - on a déjà chanté en arabe ou en islandais - aux chants médiévaux en passant par la variété, plus rarement…".

Soulagé d’avoir repris les répétitions dans la petite salle que sa chorale loue à une église, il affirme : "ça me fait du bien physiquement et mentalement de débrancher mon cerveau et de m’immerger au milieu des vibrations du chant des autres, même masqués." Anne-Marie, qui pratique le chant choral depuis 30 ans, est à l’unisson : "la chorale, c’est très énergivore mais en même temps, ça rebooste complètement." Une sensation confirmée par la science. En effet, durant une séance de chant, le cerveau sécrète de l’ocytocine, l'hormone de l’attachement et de la confiance. A la fin du concert, ajoutent les scientifiques, leur taux de cortisol, hormone du stress, est moins élevé.

Pour Edith Lecourt, psychanalyste et musicothérapeute, l’autre bienfait de la chorale, "c’est bien sûr l’accueil du groupe." Concrètement, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles