Christelle Brua, première cheffe pâtissière de l’Élysée

Delphine Gautherin
·1 min de lecture

La première cheffe pâtissière de l'Élysée, sacrée championne du monde dans sa catégorie en 2018, nous ouvre les portes des cuisines présidentielles. 

Elle aime imaginer des desserts          

« Si la “Pomme en sucre soufflé” à la crème glacée au Carambar et au cidre pétillant est mon gâteau signature, celui qu’on me réclame tout le temps et qui reste la trouvaille dont je suis la plus fière est un saint-honoré revisité. À l’Élysée, la journée démarre à 8 heures. Nous sommes plusieurs fem mes en cuisine. Il m’arrive souvent de gribouiller un croquis du dessert que j’ai en tête pour expliquer à mon équipe comment je l’imagine. Pour les réceptions officielles, j’essaie de surprendre en réinterprétant des classiques comme le paris-brest ou le mille-feuille, tout en m’adaptant autant que possible aux goûts des invités étrangers. »

Elle aime s'inspirer des chefs et des artistes    

« Petite, je donnais un coup de main à mes parents qui tenaient une auberge en Moselle. J’ai appris “sur le tas” grâce à eux et passé mon brevet professionnel de cuisine. Ce n’est qu’à 21 ans, en travaillant à L’Arnsbourg, à Baerenthal, un étoilé, auprès de la maman de Jean-Georges Klein, que j’ai su que je deviendrais pâtissière. Aujourd’hui, je suis fascinée par la réussite de Dominique Ansel. Ce Français est à la tête de l’une des boulangeries les plus courues de New York. C’est lui qui a inventé le ”cronut”, cette viennoiserie hybride mi-croissant, mi-donut. J’ai aussi beaucoup d’admiration pour Dominique Crenn, une Bretonne très combative, la première...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi