Christian Quesada bientôt libéré de prison ?

Christian Quesada est toujours en détention provisoire. Mais comme son nom l’indique, cette incarcération n’est que temporaire. Depuis presque huit mois, l’ex-champion des 12 coups de midi dort dans une cellule isolée de l’établissement pénitentiaire de Bourg-en-Bresse (Ain). Le 27 mars 2019, il est mis en examen pour “corruption de mineurs, diffusion et détention d’images pédopornographiques”.

Christian Quesada est aujourd’hui encore dans l’attente de son procès. Le hic ? Le documentaire Christian Quesada, nouvelles révélations sur le champion déchu, diffusé le 14 novembre 2019 sur C8, révèle des informations sur les conditions légales du régime de détention provisoire. La durée de cette incarcération temporaire n’est pas la même pour un crime et pour un délit. Le père de Clément et Robin Quesada n’a pas, à la connaissance de la justice, commis de crime. Il n’est accusé d’aucun viol, ni d’aucune agression sexuelle. C’est d’ailleurs sur ce point que la défense de Christian Quesada base tout son dossier. Selon la loi, la détention provisoire est prévue pour quatre mois, renouvelables jusqu’à une durée maximum d'un an. La justice garde actuellement le quinquagénaire en prison afin de préserver les preuves qui l’accablent et d’empêcher une éventuelle pression sur les témoins et victimes.

⋙ Affaire Christian Quesada : son ami d'enfance fait une révélation terriblement choquante

Mais qu’est-ce que cela signifie exactement ? Aujourd’hui, aucune date précise n’a été fixée pour le procès de l’ancien chouchou de Jean-Luc Reichmann. Si ce dernier débute après le mois de mars 2020, soit une année complète après sa mise en examen, Christian Quesada pourrait s’y présenter en homme libre. Ou presque… Il sera bien évidemment soumis à une liberté conditionnelle et sera donc surveillé de près par la justice. Pour l’instant, il n’a formulé aucune demande de remise en liberté. “S'il le faisait, il y aurait peu de chances à mon avis qu'il l'obtienne, compte tenu des nombreuses investigations

(...) Cliquez ici pour voir la suite