Christian Quesada libéré ? La réponse à sa demande de remise en liberté est tombée

Alors que Christian Quesada attend depuis des mois d’être libéré, la réponse est tombée mardi 3 décembre 2019. La chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Lyon a donc rendu sa décision : la demande de libération de l’ancien champion des jeux télévisés est définitivement rejetée. Une audience avait eu lieu le 28 novembre afin d’examiner la requête de Christian Quesada. Ce dernier en était déjà à sa seconde demande de remise en liberté. Celles-ci ont été refusées en raison du “trouble à l’ordre public” que représente encore aujourd’hui le champion des 12 coups de midi. Depuis le 27 mars 2019, il dort toutes les nuits dans une cellule du centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse. Le quinquagénaire est actuellement en attente de son procès pour “corruption de mineurs, détention et diffusion d’images pédopornographiques”.

⋙ EXCLU - Affaire Christian Quesada : SMS, photos explicites... l’une de ses victimes présumées nous raconte les détails sordides de leurs échanges

Malgré ce rejet de part de la justice, l’ancien candidat de l’émission de Jean-Luc Reichmann pourrait tout de même être libéré. Christian Quesada est en détention provisoire et, selon la loi, ce régime ne peut excéder une année. Il est donc possible que l’ex-maître de midi sorte de prison, si son procès n’a pas encore démarré au mois de mars 2020. Dans cette éventualité, Christian Quesada comparaîtra en homme libre. Mais si ses deux demandes auprès de la Cour d’appel de Lyon ont été refusées, c’est pour une raison bien précise. Depuis sa mise en examen, de nombreuses victimes présumées ont déposé plainte contre le père de famille. La plupart étant mineures au moment des faits, ces témoignages accablants viennent s’ajouter à la longue liste des preuves à prendre en compte par les enquêteurs. Plus récemment, quelques jours seulement avant l’étude de sa demande de libération, le parquet de Bourg-en-Bresse révélait que cinq nouvelles jeunes femmes ont porté plainte pour des faits similaires. En plus de ces accusations,

(...) Cliquez ici pour voir la suite