Christine Angot et l’autre façon de parler de l’inceste (1999)

Lorenzo Calligarot
·2 min de lecture

En 1999, l’écrivaine Christine Angot publie « L’Inceste », dans lequel elle raconte les multiples abus de son père. A l’époque, elle avait fait face à de nombreuses critiques. Dans une interview, elle expliquait les risques qu’elle avait pris en sortant ce livre.

C’est un séisme qui n’a pas fini de faire tomber des murs. En janvier 2021, Camille Kouchner a mis fin à un lourd secret familial. Dans son livre « La Familia grande », l’avocate a accusé son beau-père Olivier Duhamel de viol et d’agressions incestueuses « répétées pendant des années » sur son frère jumeau. Depuis sa sortie, l’ouvrage a libéré la parole de nombreuses victimes. « La lecture du livre de Camille Kouchner et la réaction de mon père, face à moi : cela a été l'alignement, l'addition », a expliqué dans une interview à France Info Coline Berry-Rojtman, qui a déposé plainte le 21 janvier contre son père Richard Berry pour « viols et agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par ascendant et corruption de mineur ». La styliste française Agnès B a également révélé avoir été victime d'attouchements de la part de son oncle au début de son adolescence. Trois des nièces du syndicaliste Marc Pulvar, père d’Audrey Pulvar, ont pour leur part dénoncé les actes d'un « pédocriminel » et d’un « violeur » et expliqué vouloir « en finir avec cette héroïsation du personnage ». Une pluie de réaction qui ont « ébahi » Camille Kouchner, qui s’est aussi dit « ravie » d’avoir contribué à faire tomber le tabou de l’inceste, sur le plateau de l’émission “Quotidien”, sur TMC, ce 15 février.

 

Ce n’est pas la façon de voir de Christine Angot quand elle aborde le sujet il y a vingt-cinq ans....

Lire la suite de l'article sur Elle.fr