Christine Angot se livre dans “Secrets d’écriture”, le podcast de Femme Actuelle (épisode 6)

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Avec “Secrets d’écriture”, plongez dans le podcast littéraire de la rédaction de Femme Actuelle, mené par Amélie Cordonnier. Vous retrouverez vos auteurs et vos autrices préférés pour un moment de partage et de découverte à l’occasion de la sortie de leur nouveau roman. Après Nina Bouraoui et Douglas Kennedy, dans ce sixième épisode, c'est Christine Angot qu'Amélie Cordonnier, cheffe de la rubrique Culture de Femme Actuelle, a eu l'honneur de recevoir pour Le Voyage dans l’Est, son vingt-quatrième livre, paru aux éditions Flammarion le 18 août 2021 (252 p., 20 €).

Christine Angot commence par nous lire un extrait de Le Voyage dans l’Est. Elle explique ensuite le choix de ce passage et pourquoi, après L’inceste (1999), après Une semaine de vacances (2012) et après Un amour impossible (2015) elle écrit à nouveau sur l'inceste que lui a fait subir son père. "Je me suis dit que les gens ne savaient pas ce qu'est l’inceste. Le problème c’est qu’on s’imagine qu’il s’agit d’une question sexuelle alors qu’il relève de l’asservissement."

En lice pour les prix Goncourt, Médicis et Fémina, ce livre terrible, puissant, important, force l'admiration. Il se lit entre sidération et rage. Christine Angot ne cache pas qu'il a été "plus long à écrire que les précédents, alors même qu’il est plus court". "Du début "J'ai rencontré mon père dans un hôtel à Strasbourg, que je ne saurais pas situer" jusqu’à la fin, il s’est écoulé 14 mois, alors que j’avais déjà réfléchi durant vingt mois", précise-t-elle. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles