• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Christine Angot : pourquoi il faut lire "Le Voyage dans l'Est", en lice pour les prix Goncourt, Médicis et Fémina

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Quelle sacrée rentrée pour Christine Angot. Pas toujours écoutée, pas toujours comprise, souvent décriée, salie aussi. Mais en ce mois de septembre 2021 on la voit dans tous les journaux, et on l'entend partout sur les ondes et à la télévision où elle est invitée pour parler de son nouveau roman Le voyage dans l'Est, son vingt-quatrième livre, paru chez Flammarion (252 p., 20 €). Après L’inceste (1999), après Une semaine de vacances (2012), après Un amour impossible (2015) Christine Angot écrit à nouveau sur l'inceste que lui a fait subir son père. Voici au moins trois bonnes raisons de lire ce livre puissant et important.

Terrible dans tous les sens du terme. Car il inspire de la terreur, a une force considérable et suscite l’admiration. Vingt-deux ans après L’inceste dont l'accueil fut difficile - peut-être la société n'était-elle pas prête à l'époque à lire et entendre ce que Christine Angot avait à dire- la voilà qui revient sur sa relation avec son père qui a dévasté son enfance, saccagé sa vie amoureuse, ravagé sa vie tout court. N'allez pas croire qu'elle tourne en boucle. Au contraire, Christine Angot avance, ajuste sa focale, descend au plus profond, au plus près, à fleur de chair de la fillette âgée de treize ans la première fois que son père l'embrasse sur la bouche, au plus près aussi de la jeune femme triste et résignée de 26 ans qu’elle était quand ça a recommencé.

Il y a quelque chose de bouleversant dans l’effort que fait Christine Angot pour se souvenir. "Ce (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles