Christophe André dans votre poche grâce à Petit Bambou

"J’aimerais qu’on parle moins de méditation et qu’on la pratique plus : c’est pour cela que j’ai décidé de rejoindre Petit BamBou. Utilisés avec sagesse et modération, les smartphones sont des voies d’accès simples et précieuses à de nouveaux univers et de nouveaux apprentissages. Beaucoup de personnes ont ainsi découverts des exercices de méditation grâce à des applications !" explique le psychiatre Christophe André.

Le ton est donné. Parler de méditation, c’est bien beau, mais sans pratique, une belle idée n’a aucun bénéfice. Or, les atouts de la méditation sont nombreux, et ne se réduisent pas à faire baisser le stress. Ce qui, reconnaissez-le, est déjà énorme ! "Il y a tellement de bénéfices à la pratique de la méditation, tellement d’études scientifiques qui ont montré ses bienfaits, que mon vœu le plus cher désormais est de voir encore plus de personnes prendre soin d’elles, corps et esprit, grâce à cette pratique simple et forte," souligne-t-il.

Ce médecin psychiatre, instructeur de méditation et auteur de très nombreux best-sellers* a accompli l’essentiel de sa carrière dans le Service Hospitalo-Universitaire de l’hôpital Sainte-Anne à Paris, au sein d’une Unité de Psychothérapie Comportementale et Cognitive. Il a été parmi les premiers médecins à proposer à ses patients des approches de méditation laïque, dès 2004. Avec ce nouveau programme sur Petit Bambou, il s’adresse en particulier aux professionnels de santé, qui tireraient tous avantage à pratiquer et faire pratiquer la méditation.

Que ce soit pour vivre de façon plus épanouie et plus lucide (Vivre en pleine conscience), pour mieux affronter les inévitables difficultés de toute vie humaine (Méditer face aux difficultés), ou pour mieux savourer tous les bons côtés de l’existence (Méditer pour vivre heureux et généreux), les programme sont tous trois disponibles dans 2 durées, "moyenne" ou "longue", afin de s’adapter aux auditeurs en fonction de leur expérience, de leur temps disponible… et de leurs goûts

(...) Cliquez ici pour voir la suite