Christophe Castaner aperçu avec une béquille à l'Elysée

Mais qu’est-il donc arrivé à Christophe Castaner ? Mardi 19 mai 2020, c’est avec une béquille que le ministre de l’Intérieur s’est présenté sur le perron de l’Elysée. Aurait-il raté une marche au Palais ? Aurait-il fêté le déconfinement avec une soirée un peu trop arrosée? Aurait-il tout simplement glissé en allant se doucher ? Pour l’heure, nul ne le sait : le principal intéressé, qui a montré beaucoup de difficulté à marcher, ne s’est pas exprimé sur la question. Il faut dire que les Français ont, en ce moment, d’autres sujets à gérer. Il n’empêche que sa blessure intrigue. Une blessure récente, puisque lors de sa dernière apparition, le 13 mai, à la sortie du Conseil des ministres, l'homme politique de 54 ans marchait parfaitement, sans béquille. La raison de sa présence à l’Elysée mardi 19 mai est, quoi qu’il en soit, plus importante que l’état de ses pieds. Ce jour-là, le président de la République Emmanuel Macron avait programmé une visioconférence avec le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, donc, mais aussi les ministres de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault et Sébastien Lecornu… ainsi que 22 maires “dont tous les présidents d’associations d’élus du bloc communal”, comme le précise Le Monde. Le sujet à l’ordre du jour ? Les élections municipales, stoppées à cause de la pandémie du coronavirus et des mesures de confinement liées à la crise. En effet, le scrutin reste, pour 4.922 communes, inachevé.

Un second tour des municipales en juin ?

“La faveur des présents, à la quasi-unanimité, s’oriente vers un scrutin en juin, avec un consensus autour de la date du 28 juin”, rapportent nos confrères. “Seul le maire de Lyon, Gérard Collomb, penchant pour un report après l’été, a émis des réserves.” A l’issue de la réunion, Christophe Castaner a ainsi annoncé que “l’ensemble des intervenants ont fait part de leur souhait de voir les élections et le second tour se dérouler au plus vite” et que “la

(...) Cliquez ici pour voir la suite