Chronique «C'est la vie» - Pourquoi un anneau dans le nez ?

Restons calmes. Essayons d’analyser froidement le sentiment qui nous étreint lorsqu’on regarde une beauté, fille ou garçon, arborant son anneau nasal. Spontanément, on éprouve un frisson de douleur rétrospective. On sait combien le septum, cette bande de peau qui sépare nos deux narines, est hypersensible. Chez la vache et le taureau (comparaison inévitable, désolée ), c’est la raison qui pousse l’éleveur à leur greffer cet anneau dompteur : les caractères rebelles, il les mène par le bout des naseaux. Une simple traction et – aïe ! – ils filent droit. Sachant que le taureau est un animal imprévisible car piloté par ses hormones plutôt que par sa tête, on saisit dès lors la salutaire précaution. Rien qu’à voir cette grosse boucle transpercer ses larges naseaux humides et soufflants, on tremble. L’anneau transpire d’une violence sous-jacente qui fait peur. Vous ne verrez jamais un tel accessoire sur nos bonnes vaches savoyardes, nos Vache qui rit, nos fribourgeoises qui paissent tranqui