Chrysoula Zacharopoulou accusée de viols : le témoignage glaçant d’une ex-patiente mineure

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Alors que le gouvernement composé par la Première ministre Élisabeth Borne a déjà été ébranlé par une affaire visant le ministre des Solidarités Damien Abad, accusé de viol par plusieurs femmes, c'est désormais au tour de la Secrétaire d'État Chrysoula Zacharopoulou d'être dans la tourmente. Pour rappel, cette dernière est accusée de violences gynécologiques par plusieurs femmes. Au total, la gynécologue est visée par trois plaintes. Le journal Libération a publié samedi 25 juin 2022, le témoignage d'une ancienne patiente du docteure Chrysoula Zacharopoulou, qui était encore mineure au moment des faits qu'elle décrit.

"J’avais 17 ans et elle une quarantaine d’années. Je venais d’apprendre que je souffrais d’endométriose, elle avait la notoriété d’une spécialiste. Par cette aura, j’ai cru pouvoir lui faire confiance, à tort", a débuté Mathilde, dont le nom a été modifié pour préserver son anonymat. "J’étais fière parce que c’était soi-disant une grande experte de l’endométriose. J’étais loin d’imaginer une attitude aussi froide et méprisante à l’égard d’une toute jeune fille", a ajouté la jeune femme. Pour mémoire, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris le 27 mai 2022, afin de "déterminer si les faits sont susceptibles de tomber sous le coup d’une qualification pénale".

"L’ambiance était angoissante, les patientes sortaient déboussolées de son cabinet, une femme semblait très stressée et faisait des allers-retours aux toilettes. [La docteure] Zacharopoulou était désagréable (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles