Chrystèle Gimaret et Julie Chapon : deux entrepreneures récompensées pour leur audace

Marie-Stéphanie Servos

Devenu le Bold Woman Award by Veuve Clicquot, le « Prix de la Femme d’affaires Veuve Clicquot » a récompensé le 14 novembre deux entrepreneures audacieuses, Chrystèle Gimaret et Julie Chapon. Et, pour la première fois depuis l’inauguration de ce prix qui existe depuis 1972… un homme, Frédéric Mion, directeur de Sciences Po pour sa contribution dans la promotion des femmes. Portraits express. 

Julie Chapon, cofondatrice de Yuka

JULIE_CHAPON_VCP_BOLD_WOMAN_AWARD_2019

Difficile de passer à côté de l’application Yuka, qui propose à ses 12 millions d’utilisateurs de scanner des produits alimentaires mais aussi de beauté pour en connaître la qualité et l’impact sur notre santé. Derrière l’application à la carotte, il y a une femme, Julie Chapon. Après un cursus en école de commerce, rien ne la prédestinait pourtant à lancer une application de nutrition. Pendant près de cinq ans, elle travaille dans un cabinet de conseil et aide des entreprises à opérer leur transformation digitale. En février 2016, elle rejoint en parallèle de son travail son meilleur ami et son frère, François et Benoît Martin, qui ont imaginé une application capable de scanner (au sens propre comme au figuré) les aliments vendus dans les rayons des supermarchés. Quelques mois plus tard, elle quitte son job pour se lancer à 100% dans l’aventure Yuka, officiellement lancée en janvier 2017. Deux ans plus tard, l’application fait un carton, et se développe sur d’autres formats : un abonnement premium à l’année, la vente d’un calendrier de fruits et légumes de saison et des programmes de nutrition. Mais au-delà de l’aide apportée aux consommateurs dans leur hygiène alimentaire, Yuka fait aussi réagir les distributeurs. En septembre dernier, Intermarché a par exemple annoncé la modification de 900 de ses recettes pour être mieux noté sur l’application... Le début d’une...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi