Une cicatrice peut-elle dégénérer en cancer de la peau ?

"Il faut prendre soin de sa peau", c’est le message que Louise Thorell veut transmettre à travers les photos étonnantes de son visage défiguré qu'elle a publiées sur Facebook. En 2018, cette Anglaise de 32 ans a découvert que sa petite cicatrice de varicelle, située sur sa joue droite depuis l’âge de 5 ans, s’est transformée en cancer de la peau. Tout a commencé avec le changement d’aspect de sa cicatrice. Elle s’est durcie et est devenue cireuse. "À cette époque, j’ai accidentellement gratté ma cicatrice et j'ai eu des problèmes par la suite", a-t-elle déclaré à la presse anglaise.

Quelques mois plus tard, elle constate que son œil est enflé et que sa cicatrice s’est agrandie. Elle contracte ensuite une infection au niveau du nez et au-dessus de sa lèvre. En outre, Louise Thorell s’aperçoit que sa cicatrice est entourée de vaisseaux sanguins. Elle décide donc de consulter un médecin et de faire une série de tests à la clinique du mélanome de Cramlington, recommandé par son généraliste. Le résultat est sans appel. En 2018, soit une trentaine d’années après sa varicelle, la jeune femme apprend qu’elle a développé un carcinome basocellullaire.

Selon les médecins, ce type de cancer de la peau s’est développé chez la jeune femme (qui a des antécédents de cancer de la peau dans sa famille) depuis plusieurs années. Le carcinome basocellulaire s’est manifesté, chez elle, par une cicatrice de varicelle. Pour l’heure, le visage de Louise Thorell est défiguré à cause des trois opérations qu’elle a subi pour retirer les cellules cancéreuses de sa joue.

Carcinome basocellulaire : le cancer de la peau le plus fréquent

Le carcinome basocellulaire est le cancer de la peau le plus fréquent et le plus répandu. Il résulte d'une exposition massive au soleil et se traduit souvent par une nodule ferme, lisse, translucide, parfois pigmentée, ou une lésion sur la peau qui s'étend de manière progressive. Il se développe à partir des cellules de la couche épineuse de l’épiderme, la couche la plus

(...) Cliquez ici pour voir la suite