Cinéma : Armageddon time, notre coup de cœur du moment

Anne Joyce/Focus Features

Au début des années 1980, Paul vit dans le Queens, banlieue ouvrière new-yorkaise, avec un père autoritaire et maladroit et une mère aimante et protectrice. Son amitié avec un garçon noir à son arrivée en sixième, la menace d’une guerre nucléaire, sa découverte du cinéma, sa passion pour le dessin et les moments passés avec son formidable grand-père (l’incomparable Anthony Hopkins) changeront à jamais son regard sur le monde.

Universelle et sans prétention, l’histoire du jeune héros d’Armageddon time est aussi celle de James Gray, aux commandes de ce récit d’apprentissage sincère et profond. Le parcours initiatique se double en effet d'un propos politique très fort sur l’Amérique de Reagan annonçant bientôt celle de Trump. Témoin du racisme ordinaire dont souffre son meilleur copain ou des difficultés financières de ses parents, l’adolescent perd peu à peu son innocence mais jamais le film ne se fait amer. Romanesque, mélancolique et élégante, cette chronique de la vie ordinaire touche au contraire en plein cœur.

Couleurs de l’incendie

DRAME. Cinq ans après Albert Dupontel, Clovis Cornillac s’attaque à l’œuvre de Pierre Lemaitre en adaptant la suite d’Au revoir là-haut. La saga Péricourt continue avec Madeleine, héritière déchue décidée à se venger de ceux qui lui ont volé son Empire. Classique mais honnête.

Couleurs de l’incendie. De et avec Clovis Cornillac, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite