Claire Lajeunie : « Le cinéma peut changer la société »

Dorothée Werner

D'anciennes sans-abri sur le tapis rouge des César ? C'est le souhait de la scénariste et militante Claire Lajeunie, à l'origine du film « Les Invisibles ».

Que va-t-il se passer le lors de la cérémonie des César ? Quel sort la « grande famille » réelle ou fantasmée du cinéma français réservera-t-elle à l'un des films événements de l'année, la comédie sociale « Les Invisibles », de Louis-Julien Petit ? Sous les paillettes, quelle place laissera la noble académie à la part fragile de l'humanité ? Drôle et vraiment bien ficelé, « Les Invisibles » a réussi le double exploit de sortir de l'ombre le sujet jusqu'alors tabou des femmes sans abri, et de réunir 1,5 million de spectateurs, tombés sous le charme des actrices Corinne Masiero et Audrey Lamy… Et soudain capables de regarder les femmes qui dorment dans la rue comme des êtres humains. « Sans transformer les personnages en caricatures, le cinéma et le documentaire peuvent faire évoluer le regard de la société, c'est même là qu'ils prennent leur sens », explique Claire Lajeunie, productrice et réalisatrice pour la télévision, celle qui est à l'origine de toute cette folle histoire.                

En 2015, personne ne parle des femmes dans la rue, des violences et des agressions systématiques, dont 100 % d'entre elles sont victimes, encore moins de leurs stratégies pour se protéger, se laver, manger… En un mot, survivre en pleine jungle urbaine. « Pourtant leur nombre explosait déjà, explique Claire Lajeunie. Mais leur souci farouche de se fondre dans les interstices de la ville pour se protéger les avait rendues invisibles aux...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi