Clara Chappaz : “La France est devenue une terre d’accueil pour les start-ups. Et les start-ups ont besoin des femmes”

© Kim Redler

Après l’annonce du pacte de parité signé par plus de 100 start-ups de la French Tech, Caroline Ramade, CEO de 50 InTech, a échangé avec Clara Chappaz, directrice de la Mission French Tech, qui a porté le projet.

À seulement 33 ans, Clara Chappaz est une figure incontournable du monde des start-ups. Après un début de carrière à l'international, de retour en France en 2019, elle rejoint les équipes de Vestiaire Collective, une plateforme spécialisée dans le luxe de seconde main. Chief business officer, elle pilote d’une main de maître le développement d’une des seules pépites de la “start-up nation” cofondée par une équipe mixte qui a rejoint le rang des licornes (entreprise valorisée à plus d’un milliard de dollars) en mars 2021.

A son arrivée à la tête de la mission French Tech (NDLR: La Mission de l'Etat qui accompagne les start-ups ), en septembre dernier, Clara Chappaz embrasse un nouveau défi : renforcer la diversité au sein de l’écosystème. Le pacte parité lancé le 1er juin est une première brique. Les entreprises signataires s'engagent à augmenter le nombre de femmes à leur board de 20% d’ici 2025, puis 40 % d’ici 2028 et à former 100% des managers contre les biais inconscients et le harcèlement.

Avec moins de 25% de femmes dans la tech et 8% dans les fonctions exécutives, la tech manque cruellement de femmes. Que va changer ce pacte de parité qui a été signé par les plus grandes startups françaises ? 

Tout est parti d’un simple constat. La tech française est très dynamique, mais quand on regarde du côté des start-ups labellisées Next 40, il n’y a aucune femme présidente et on compte à peine 7 dirigeantes du...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles